CapCom 2015

Le 27e Forum de l’association de la Communication publique et territoriale se déroulait à Tours du 15 au 17 décembre. Je suis intervenu la première journée dans la visite « Creative Val de Loire » pour présenter comment nous avons repensé nos pratiques à la Mission Val de Loire en s’appuyant sur le design.

27e-forum-cap'com-2015

Voici quelques réflexions glanées à l’occasion des deux journées suivantes.

Les inaudibles

L’intervention introductive de Céline Braconnier m’a rappelé cette anecdote :

Un jour, un élu de Lyon m’a dit qu’un habitant l’avait interpellé en ces termes :
« Nous, les habitants, vous nous appelez les sans-voix mais en fait, c’est vous, les sans-oreilles ! »
(Source)

Son travail (avec Nonna Mayer) a concerné le rapport des personnes précaires (au sens large*) au politique lors des élections présidentielles 2012.
* La définition prend en compte au-delà de l’accès aux biens matériels (économie), l’accès aux biens immatériels (culture, mobilité) et l’isolement. Résultat : les précaires représentent 36 % des inscrits sur les listes électorales.

Pour elle, on peut parler d’éloignement, de désenchantement, mais pas de rupture au politique. Il y a un besoin d’incarnation : elle en appelle à des passeurs / intermédiaires de terrain, avec un rôle de traduction, écoute, dialogue… (qui ont eux-même besoin de formation).
Parmi ses conseils aux politiciens : s’adresser aux citoyens… et non pas parler des précaires aux non-précaires (souvent en les stigmatisant). Et quelque chose qui me plaît bien : un appel à l’immersion (écouter les mots de la 27e Région).

Etat de l’opinion

J’enchaînais avec une présentation de Jean-Daniel Lévy, d’Harris Interactive, qui avait de quoi réconcilier avec les sondeurs, son propos étant bien éloigné de l’exploitation brute qu’en font les médias et les politiciens.

En lien avec l’intervention précédente, j’en retiens que ce sont moins les gens qui s’éloignent de la politique que la politique qui s’éloigne des gens (n’est-ce pas l’histoire des grands partis de « gauche » : Démocrates, Travaillistes, Socialistes…?).

« Les Français ne sont pas conservateurs, mais ils sont frileux. » dit-il. On n’est pas contre le changement, mais on a besoin d’être rassurés sur la maîtrise du changement.
Il faut des responsables capables de dire où l’on veut aller, et de convaincre qu’ils peuvent y emmener (« peuvent » du verbe pouvoir).
Je dirais que la maîtrise peut être celle du savoir-faire de la conduite du changement, qui me semble être une lacune énorme actuellement (à voir la popularité de l’usage du 49-3, du chantage financier et de la force).

Les électeurs FN attendent du changement (en effet, « le changement, c’est maintenant », on ne l’a pas pu), ce qui se retrouve dans leurs opinions :
servir et pas se servir (vision d’une classe politique homogène : « tous pourris »)
donner une chance au FN de faire ses preuves, même si cela est sans forcément l’espoir d’une amélioration miracle

Il en appelle, en écho à la première intervention, à parler aux inaudibles : un parler clair et compréhensible, qui évoque les préoccupations des Français (commencer par écouter les inaudibles aiderait sur ce point).

Note : Pour lui, les discours, la sémantique influent sur la façon de poser les enjeux, les débats. La responsabilité de la parole publique est donc importante.

Porte-à-porte

L’atelier sur le porte-à-porte a donné quelques clés.

  • D’abord, se préparer : connaître un minimum le contexte, se former et s’équiper.
  • Être par équipe (binôme au moins)
  • Efficacité :
    • 1er passage : 20 à 40 % des personnes sont rencontrées
    • 3 passages (en horaires décalés) pour atteindre au moins 70 % des personnes.
  • C’est donc très chronophage : cibler des territoires ou des publics.
  • Fonctionner par campagne sur une courte durée pour créer du buzz : la presse relaie, les gens en parlent au marché,…

Supplément : UX

Un des carrefours numériques était consacré à l’UX (User eXperience). Une bonne moitié de la centaine de participants en avaient déjà entendu parlé, mais nous étions une poignée à l’avoir expérimenté.

Juste des confirmations dans cette présentation qui est restée sur les fondamentaux (sur le sujet, je vous conseille cette vidéo, de 2011 déjà). Ce fût l’occasion d’avoir l’info que Bordeaux sortait la bêta de son site web en janvier : à suivre pour s’inspirer pour le chantier de portail Ressources que je pilote actuellement.

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Trackbacks / Pingbacks

  1. A l’ère de la polarisation | Mickaël Poiroux - 10 janvier 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :