Autant en emporte le train

Autant en emporte le train
qui seront tout à l’heure soulagés,
quand dans leur Province retrouvée,
ils iront vers leur femme plein d’entrain.

Finies les agressions à répétition,
agressions sonores d’un métro à l’approche,
agressions visuelle des pubs aux stupides accroches,
agressions tactiles des hommes d’affaires sous pression.

Finies les courbettes et les compromissions,
place aux embrassades et aux engueulades.
Finie la vie de malade, la vie malade,
voici renaître une vie de passions.

Par la fenêtre, une biche à l’orée du bois,
vous évade dans des rêves lointains.
Si loin, que vous n’êtes plus certain
de ce monde et de toutes ses lois.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :