Modernité

Quel plaisir de voir le printemps renaître sous mes yeux.

Je respire l’air des jardins frais.
Certes entre deux bouffées de carbone.

J’entends le piaillement des oiseaux fous.
Certes entre deux vrombissements.

Je contemple les couchers de soleil rougeoyants.
Certes entre deux panneaux publicitaires.

Modernité, me laisseras-tu filer en paix sur ma bicyclette ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :